ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue des Composites et des Matériaux Avancés

1169-7954
 

 ARTICLE VOL 24/2 - 2014  - pp.161-162
TITRE
INTRODUCTION

RÉSUMÉ

À l’heure où la part des multimatériaux dans l’industrie devient de plus en plus importante, on ne cesse d’attendre toujours plus de leurs propriétés pour les utiliser dans des structures. Initialement imaginées afin de répondre à des demandes de performances mécaniques, les structures composites ont rapidement été le signe d’une avancée technologique importante dans les industries. En effet, elles permettent la création d’une synergie entre différents composants et associent rigidité, résistance et légèreté. Néanmoins, leur mode de conception et de production ont été dans un premier temps des freins car on ne peut calquer ces nouveaux produits sur les solutions métalliques existantes et une nouvelle réflexion a dû se mettre en place pour tirer le meilleur parti de ces matériaux complexes. Progressivement la part de ces matériaux nouveaux s’est accrue dans l’industrie : on a vu ainsi apparaître dans un premier temps des éléments d’habillage en composite puis des éléments de structures primaires lorsque tout le protocole de conception a été fiabilisé : reproductibilité des procédés de mise en œuvre, dimensionnement, assemblage, mode de rupture connu et prédit. Aujourd’hui, cette première phase est en passe d’être maîtrisée dans bien des domaines et s’ouvre alors une nouvelle perspective tout aussi prometteuse du point de vue des débouchés. En effet, au-delà de leurs performances mécaniques, le mode de production complexe qui a été un frein au départ se révèle être un atout pour qui sait maîtriser toutes les étapes. Ces structures offrent la possibilité d’intégrer au cours du procédé de fabrication des fonctions secondaires jusqu’alors ajoutées lors d’une étape de fabrication complémentaire. Par exemple, l’introduction d’un capteur composé d’une fibre optique dans un moule RTM ne pose à priori que peu de problème technique. De même l’introduction d’un ingrédient supplémentaire dans le batch de résine avant imprégnation ne change que peu le procédé de mise en œuvre. Au départ destinés à une fonction esthétique ou annexe (teinte dans la masse, résistance au feu, additif anti-retrait, etc.), on voit apparaître des concepts où la fonction initiale de la structure composite n’est plus dissociable de la fonction ajoutée (fuselage composite protégé contre la foudre) où, à l’extrême, le composite ne sert plus que de support à la fonction rapportée (antenne intégrée par exemple). Ce numéro présente des travaux ayant servi de base aux discussions qui se sont tenues lors des journées en septembre 2012. Des acteurs académiques et industriels se sont réunis à cette occasion afin de faire un point sur les capacités d’intégration de fonctions dans les matériaux complexes. Les domaines d’application et les matériaux de base sont variés et vont de l’aéronautique jusqu’au génie civil.



AUTEUR(S)
Bertrand LASCOUP, Laurent GUILLAUMAT

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (53 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier