ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue des Composites et des Matériaux Avancés

1169-7954
 

 ARTICLE VOL 20/3 - 2010  - pp.289-294
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ

Les questions d’environnement envahissent depuis quelques années les préoccupations et le champ médiatique de nos sociétés. Des pays émergents comme la Chine (Liu et al., 2011) prennent à bras le corps les problématiques environnementales liées à leur développement économique, tandis que d’autres pays, comme le Japon, ont déjà des années de réflexion en la matière. Et la crise financière récente vient encore compliquer la donne. Le développement durable a été défini comme un développement qui répond au besoin du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs (U.N, 1987). Dès 1992, Kohmei Halada a défini les écomatériaux (Halada 1992 et 2003) comme des matériaux contribuant à la réduction de l’impact environnemental lié aux activités humaines. Cette notion prend tout son sens dans le contexte de développement durable et d’éco-conception. Il va s’agir, par exemple, de matériaux contenant moins de substances dangereuses, issus de ressources renouvelables, obtenus à partir de déchets ou de coproduits de l’industrie, obtenus par des procédés de fabrication ayant moins d’impacts sur l’environnement, et avec un potentiel de recyclage plus important. Les produits d’origine végétale sont très présents : le pôle de compétitivité à vocation mondiale intitulé Industries et Agro-Ressources y est même consacré. Il s’agit de valoriser des agro-ressources non alimentaires (valorisations non alimentaires du végétal) parmi lesquelles des déchets agricoles et agro-alimentaires. La définition des écomatériaux peut encore être étendue aux matériaux qui entrent dans : la fabrication de systèmes de contrôle et/ou de traitement de la pollution ; les procédés de mise en oeuvre plus respectueux de l’environnement ; les procédés de démantèlement et de recyclage… L’amélioration du démantèlement et du recyclage des gisements de matières plastiques, pour lesquelles le tri automatique est difficile, peut entrer dans cette catégorie. Enfin, comme le soulignent Yagi et Halada (2001) nous allons utiliser les matériaux mieux et plus longtemps : il faut donc lier les notions d’environnement à celles de gestion des risques (fiabilité, maintenabilité, durabilité, sécurité), une dimension souvent oubliée lorsqu’on parle de développement durable. Au-delà des préoccupations environnementales, les écomatériaux représentent un enjeu stratégique sur les plans économiques et industriels, tant au niveau régional, national, qu’international. Les raisons de cet état de fait sont variées.



AUTEUR(S)
Estelle BRETAGNE

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (139 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier