ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Revue des Composites et des Matériaux Avancés

1169-7954
 

 ARTICLE VOL 17/2 - 2007  - pp.145-146
TITRE
Avant-propos

RÉSUMÉ
Cet ouvrage fait suite à deux journées scientifiques et techniques coorganisées à Toulouse les 27 et 28 juin 2006 par l’équipe Procédés et propriétés mécaniques des structures composites (PRO²COM) du Laboratoire de génie mécanique de Toulouse (LGMT), et le Centre de recherche outillages matériaux et procédés (CROMeP) de l’Ecole des Mines d’Albi avec l’aide du CRITT mécanique et matériaux composites. Les membres du pôle END GSO COFREND issus du secteur industriel (Airbus France SAS, GIE NDT Expert et EADS Innovation Works) ont également pris une part active à la mise en place de ces journées. Ces deux journées intitulées « Les contrôles non destructifs pour les matériaux composites. Avancées, technologies et applications » se sont déroulées sous les parrainages conjoints de l’AMAC (Association pour les matériaux composites) et de la COFREND (Confédération française pour les essais non destructifs) – au travers de son pôle GSO (groupe Grand Sud Ouest). Elles ont reçu le soutien de l’Institut universitaire de technologie Paul Sabatier, du CRITT mécanique et matériaux composites et du Conseil régional de Midi Pyrénées. Une forte participation industrielle tant au niveau des exposants de matériels, de l’auditoire qu’à celui des intervenants y a été enregistrée. Les matériaux composites et les structures élaborées avec ces matériaux, présentent des problèmes spécifiques par rapport à leur certification et leur fiabilité. Ces matériaux et structures sont produits par des procédés faisant intervenir un nombre considérable de variables de fabrication, qui sont autant d’opportunités pour l’apparition de défauts et discontinuités. Les difficultés sont liées au fait que le matériau à l’état solide et la structure naissent simultanément pendant les phases de fabrication. Les sources de défauts et discontinuités dans les pièces de structure en matériaux composites peuvent provenir du matériau lui-même et de la variation de ses propriétés lorsque la pièce est produite, mais aussi de discontinuités structurales engendrées par les phases de fabrication ou les conditions de service. Un grand nombre de techniques de contrôle non destructif (CND) dérivées de leurs applications premières aux métaux et à leurs alliages ont été transposées aux matériaux composites. Les méthodes « conventionnelles » sont restées pendant longtemps qualitatives ou ponctuelles (caractérisation locale d’une zone d’une pièce). Aujourd’hui des méthodes voient leurs possibilités accrues pour surveiller les structures en matériaux composites.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (55 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier